Blog 5 – Bilan Catastrophique!

by | Jan 16, 2019

Plus de 1000 civils assassinés en 2018 dans le centre du Mali. 750 écoles sont fermées dans cette région à cause de l’insécurité.
Les conflits entre cultivateurs Bambara et Dogon et les éleveurs Peul existent depuis très longtemps. La cohabitation entre les deux groupes se passaient bien dans beaucoup de cas. En cas de conflits, les chefs coutumiers pouvaient souvent résoudre les problèmes de champs saccagés par des bergers ‘négligents’ faisant paître leurs troupeaux sur des champs pas encore récoltés. Les Djihadistes profitent de ces conflits pour attaquer et incendier des villages Peul. Ils détruisent tout sur leur passage et assassinent quiconque s’oppose à eux.
Voici un exemple récent. Près de Bankas, le premier janvier 2019 les Dozo’s (Chasseurs Dogon traditionnels) ont tué avec des kalachnikovs et non pas leurs fusils de chasse, 37 Peul. Ils ont incendié leurs cases. Cette situation freine toute lutte contre les djihadistes de la part des FAMA (Forces armées maliennes) et de Barkhane (Armée française). La MINUSMA (mission onusienne pour la sécurité au Mali) a subi des pertes regrettables. Elle est la mission la plus onéreuse de toutes les missions pour la paix. Elle doit seulement veiller à la stabilisation du pays et ne peut intervenir.

Les forces armées présentes
• FAMA Forces Armée du Mali (13000) a suivi des formations organisées par EU, et les Etats-Unis. Budget accordé par l’état: 22%.
• Barkhane Intervention militaire française (4000)
• G5 Sahel (5 pays voisins du Mali 5000) attend de nouveau des financements pour reconstituer ses forces après l’attentat de juin. Voir paragraphe du mois de juin.
• MINUSMA Mission des Nations Unies (12000) a subi de grosses pertes humaines. C’est la plus chère des missions pour la Paix. Elle n’est pas autorisée à combattre.

Voici une courte rétrospective de 2018
Janvier Février Mars 85 attentats.

J’en nomme deux:
• Le chef Abou Walid al Sahraoui de ISGS (Etat islamiste Grand Sahara qui est actif le long des frontières du Mali, du Burkina et du Niger) a réussi à s’échapper pendant une attaque de Barkhane.
• Iyad Ag Ghali chef du GSIM Group Soutien de l’Islam et des Musulmans a déclaré que le GSIM a commis les attentats au Burkina..

April Mai
Le gouvernement n’est pas capable de régler le problème juridique du territoire où vivent Dogon et Peuls pour arrêter les conflits. Aucun fonctionnaire juriste n’ose s’aventurer de l’autre côté du fleuve. Les groupes djihadistes profitent de ce chaos pour continuer à semer la peur et terroriser les villageois. On constate des exactions et le non-respect des Droits de l’homme.

Juin
Attentat suicide du G5 Sahel par le GSIM. Un kamikaze au volant d’un véhicule de la Minusma est rentré dans le camp G5 Sahel à Sevare (à 13 km de Mopti). Rien de plus facile que d’emprunter un véhicule Minusma apparemment !!! Les dégâts sont énormes en matériel et font 140 victimes. Le G5 ne pourra fonctionner qu’en septembre.

Eté 2018
Les élections ont eu lieu sans incidents (quelques bureaux de votes femés quand même) avec un pourcentage très bas de participation. IBK, Ibrahim Boubakar Keita, le Président précédent est passé facilement au deuxième tour. Au cours de son premier mandat il a obtenu des résultats remarquables au plan économique : le Mali arrive en troisième place après le Ghana et le Nigeria en Afrique. IBK a su calmer les Touareg rebelles mais les accords de paix ne sont pas encore appliqués et le désarmement des groupes armés n’est pas encore réalisé.

Septembre Octobre
Le chaos et les attentats continuent de plus belle. La stratégie ne change pas : intimidation, exécutions, incendies, destructions, viols. Je cite les résultats d’une recherche sur la motivation des Maliens qui coopèrent avec les Djihadistes. Les hommes adhèrent au Jihad pour protéger leur famille, leur communauté villageoise et leurs activités économiques licites ou non. Suivre un ami, gagner de l’argent et améliorer leur situation sociale est donc leur motivation. Ce n’est donc pas d’abord un choix religieux. Collaborer avec l’ennemi pour survivre n’est pas nouveau.

Novembre
Impossible d’appliquer le programme DDR : Désarmement Démobilisation Réintégration (nommé aussi Doute Désillusion Désespoir dans la presse). Les anciens rebelles exigent leur intégration dans l’armée malienne comme officier.

Décembre
Koufa (le chef de la katiba Peul Macina, iman à Mopti) du GSIM prend la parole dans les réseaux sociaux. Curieusement son supérieur Iyad Al Ghaly, le chef du GSIM reste en retrait et ne dit pas un mot. Une semaine plus tard Koufa est tué lors d’une attaque de Barkhane et des Fama. Les Dozo’s (chasseurs traditionnels Dogon) détruisent des villages Peul et assassinent des bergers leurs femmes et leurs enfants.