Nouvelles Décembre 2014

Décembre est un mois très agité. C’est pour moi le moment de vous remercier et de faire le bilan de l’année 2014 pour le projet au Mali. Je vous remercie chaleureusement de suivre l’évolution du village Sareseyni et vous souhaite une bonne et heureuse année 2015.

Nouvelles du Mali
Dans la lettre 16 en avril 2014 (sur le site) j’ai présenté mon séjour de janvier et février. Je me suis réjouie de la vitalité des villageois et des activités sur le terrain communal Suudu Peeral. Le changement était visible. Le peu d’enfants scolarisés (172 à la rentrée le premier octobre) et la pauvreté alarmante restent les points négatifs, mais cela est valable pour tout le Mali depuis deux ans. Le nouveau puits à grand diamètre donne ‘une eau limpide’. Espérons quil ne tarira pas! Les réunions associatives des villageois ont lieu dans la salle et/ou sous le hangar. Les animateurs Gueladio et Moctar encadrent les jeunes à merveille. 900 enfants scolarisés et non scolarisés fréquentent la salle chaque mois. Leur rapport mensuel donne des détails sur ce qui se passe au village et au terrain. Ils méritent toutes nos félicitations! Le village avance lentement mais sûrement dans la phase de reprise du projet. Un comité de surveillance et de gestion s’occupe de l’entretien du terrain et a de bons contacts avec les animateurs. De nouvelles tables et chaises seraient les bienvenues pour les cours d’alphabétisation et les devoirs des élèves. Il est difficile de lire le soir dans la salle même avec le deuxième panneau installé en février 2014. Le budget réparations et puits était épuisé. De nouveaux tubes néon et un ou deux panneaux supplémenataires seraient indispensables dans la salle de 14 mètres. Alfabetisation: Douze villageois ont particpé à la formation d’alphabétiseurs. Six hommes, six femmes.Les formateurs: Khadidja Touré (ONG Action Mopti) et Madame Tamboura, femme du chef. Nous avons deux tables, elles sont pour les formateurs. Les apprenants sont assis sur les bancs en face des formateurs. Ceci limite l’interaction et la possibilité d’écrire.

Début 2014, j’étais optimiste: négociations entamées avec le MNLA, sécurité dans la zone de Mopti. J’envisageais mème de revenir avec des bénévoles! Hélas, il n’y a pas de quoi se réjouir au sujet de la situation générale: les négociations MNLA piétinent, les groupes qui y participent sont ‘caméléons’ (certains ont participé à l’oppression des populations du Nord et appliqué la charia), les soldats de la Minusma ne sont pas payés, Boko Haram continue ses actions. Les liens entre IS et Aqmi (El Qaida au Maghreb islamique) sont évidents. La vidéo du 17 novembre où Serge Lazarevic (Français) et Sjaak Rijke (Néerlandais), tous deux enlevés en novembre 2011, font appel à l’aide de leur gouvernement, fait frémir. Scénario identique à celui qui a précédé une décapitation. Ajoutons la corruption à tous les niveaux (l’avion privé de IBK) et l’insécurité dans le Nord malgré les actes courageux de la Minusma et des FAA (forces armées maliennes) et de l’opération Barkhane qui a pour mission de lutter contre le terrorisme au Sahel. Complétons les mauvaises nouvelles: six cas d’Ebola, une mauvaise saison des pluies qui entraînent des récoltes insuffisantes et la famine. Je cite un courriel de Moctar au sujet des pluies faibles: ‘Sareseyni est le plus grand fournisseur de lait à Mopti. Les éleveurs sont inquiets sur le pâturage parce que les plaines d’inondation n’auront pas suffisamment d’eau suite à la faible décrue’. Pourquoi le destin s’acharne t’il au Mali? Le Mali a presque disparu des media: conflits en Côte d’Ivoire, au Burkina, une Europe qui ne se remet pas de la crise, conflits en Ukraine, au Moyen-Orient et j’en passe…

Un rappel: Mali se trouve au 182 ième rang (de 187 pays) pour IDH (Index de Développement humain) calculé par le PNUD (Programme de développement des Nations Unies). Cet index se base sur les données concernant l’éducation, la santé et les revenus. Les Pays-Bas se trouvent au quatrième rang, la France au vingtième.

Nouvelles des Pays-Bas
‘Mini exposition d’objets’ du Mali le 11 mai à Amsterdam
Bénéfice de € 800 avec la vente des objets rapportés du Mali en février: poissons Bozo, cavaliers Dogon, Bozo et Bambara , boîtes Touareg (photos des objets dans la lettre 16). Merci aux 60 visiteurs de ‘Portes ouvertes’ chez moi qui ont assisté à la présentation de quelques objets rituels et écouté le Conte Peul ‘Pullo e Nagge: le Peul et la vache’, recueilli par Amadou Hampate Bâ : défenseur de la tradition orale.
Fête 24 augustus 2015 à Amsterdam
Mon coup de coeur pour Sareseyni date de 2005. Un pinassier m’a emmenée dans ce village Peul. Un mini-Djenné, des ruelles étroites, des maisons en pisé, un local en banco avec une dizaine d’enfants et un instituteur enthousiaste. Que de changements depuis! La fête sera l’occasion de remercier donateurs et sponsors et de présenter la continuité du projet avec la prise en charge par les villageois. Une invitation suivra en temps voulu.
Décès de Martien de Vries
Martien a quitté ce monde soudainement en août. Il apportait son soutien pour la comptabilité et faisait le bilan financier annuel de l’association. Nous présentons nos condoléances à Marike, Yelle et Froukje. Un comptable en retraite accepterait-il de prendre la relève? Il serait le bienvenu.
Conférences
15 janvier : Le Mali, crise et conséquences, Nijmegen, 20u, Café Zaal Groenewoud, Groesbeekseweg 227. € 5 pour ceux qui ne sont pas membres de l’Alliance Française. Conférence en français..
En janvier, ‘Aspects culturels du Mali’: Présentation pour un groupe de Soop à Amsterdam.
C’est bien volontiers que je donne des présentations à des groupes divers: école, association, groupe privé… Vous pouvez me contacter si vous êtes intéressés.
Kermesse Francophone Big Bazar 30 novembre
Le bénéfice de la kermesse est destiné à des projets humanitaires sélectionnés. Le nouveau puits a été financé par la kermesse en 2014
Remerciements
Les activités sur le terrain communal peuvent fonctionnent grâce à vous. Je vous adresse mes sincères remerciements: réseau d’amis et de bénévoles fidèles au ‘Journées du Mali’, Souad et Marike du conseil d’administration pour leur aide, donateurs et organisations qui nous soutiennent: la boutique d’objets recyclés de Noord Holland, la Fondation Ruuscher, la Kermesse Francophone. Chaque donation va directement au village. Les membres du conseil sont bénévoles et ne reçoivent aucun salaire.

Je vous souhaite une bonne année 2015, une bonne santé, une année remplie de bonheurs paisibles et joyeux et une année riche en nouvelles découvertes.

Françoise Haeck, Présidente
Stichting Scholen in Mali Association Ecole au Mali
www.scholeninmali.org
Cliquez sur drapeau Français en haut, à droite de la page d’accueil

Compte bancaire de l’association : Stichting Scholen in Mali
IBAN NL15 INGB 0005 1603 44 BIC INGBNL2A

Si vous ne désirez plus recevoir les informations de l’association, je vous prie de me le faire savoir.

Les changements positifs à Sareseyni Janvier 2013

Amis de l’association, merci de votre soutien à Sareseyni!

Nous espérons construire un grand hangar avec des tôles ondulées et des poteaux en ciment  dans la cour de Suudu peeral. Les enfants pourront y faire des activités. Les villageois des différentes associations pourront s’y réunir. (CGS, Lekel, Association des femmes, des hommes et des jeunes). Les petits hangars locaux en paille construits en décembre 2011 ont été hélas endommagés par les termites, la pluie et l’Harmattan.

Les coups de téléphone et les mails réguliers me permettent d’avoir des nouvelles. Les villageois ont de bonnes nouvelles à vous annoncer. Les voici:

  • Les activités dans la salle marchent bien: 800/1000 enfants par mois depuis octobre 2012 grâce à une équipe de 5 animateurs. Gueladio a commencé en octobre 2012 vingt heures par semaine. Lui et les animateurs villageois Dicore Bary et Bagnon Sidibe qui viennent une fois par semaine, accueillent les enfants qui ne vont pas à l’école et leur racontent des histoires en langue locale. Les instituteurs Sekou et Moktar viennent avec leurs élèves une fois par semaine. Chacun m’envoie par courriel son rapport mensuel avec description des activités et statistiques. Je donne ensuite à Bouakar Guoindo, formateur Internet et gérant de l’argent de l’association , l’autorisation de donner les rétributions.
  • La deuxième récolte de riz a été très bonne grâce aux pluies abondantes de l’hivernage (Projet Banque mondiale 45 hectares de périmètres irrigués)
  • Le surplus des jardins financés par Fodesa (Fonds d’aide au Sahel) est vendu au marché de Mopti. L’alimentation de 30 familles (30 femmes ont un jardin) est ainsi plus variée.
  • La fondation Aga Khan va financer la construction d’un centre de santé. Une ancienne collégienne, Ouma Diallo, suit la formation de matrone, sage-femme locale à Sevare. Elle fait maintennat un stage à la maternité de Bandiagara. En avril, elle travaillera à Sareseyni.
  • Le PAM (Programme Alimentation Mondiale) a fait un don de 100 sacs de pois, mais, riz et mil ainsi qu’un équipement de base pour une cantine scolaire. Tout ceci est stocké dans la chambre de l’association. Les mères Bozo, Peul et Rimahibe feront la cuisine à tour de rôle.
  • Une distribution de moustiquaires a eu lieu (Don de l’Unicef) : bonne nouvelle car le palu fait toujours des victimes dans les zones du fleuve.
  • Depuis l’installation des panneaux solaires en octobre, Suudu peeral est devenu le lieu de rencontre pour regarder le journal télévisé de 20h car l’instituteur Sekou a une télévision. Sekou organise aussi la ‘salubrité’ (la propreté) de la cour depuis qu’il habite sur le terrain.

Depuis l’ intervention de la France, les villes occupées par les rebelles sont libérées. La situation au Mali reste tendue et incertaine. Malgré cela, le village ‘avance’ et il se passe beaucoup de choses positives au terrain des associations. Espérons de tout cœur que la paix et l’harmonie   reviendront au Mali.

Françoise Haeck

Collectif Action Vérité

Merci au collectif Action Vérité (CAV artistes et musiciens de Bamako) qui a créé ce poster. Il illustre le chagrin et l’inquiétude des Maliens et des amis des Maliens.
Source: Jeune Afrique 2684, Coulisses, Afrique subsaharienne, juin 2012

6 avril 2012 Le Mali est foutu

6 avril  ‘Le Mali est foutu’

C’est ce que Abdou Kasse, le Président de la coopérative Lekel, m’a dit au téléphone. Le Mali est coupé en deux. Les militaires du coup d’état du 20 mars ne sont reconnus ni par les états africains ni par la communauté internationale. Les enlèvements de touristes fin novembre ont tué l’économie touristique. Les Touaregs rebelles du MLNA (Mouvement de libération nationale de l’Azawad) ont commencé mi-janvier à attaquer les localités du Nord pour ‘récupérer’ le territoire de leurs ancêtres. Embargo, fermeture des frontières, pillages, viols, exactions, la liste ne s‘arrête pas. Plus de 280 000 personnes ont fui vers les frontières de la Mauritanie, de l’Algérie, du Niger et du Burkina-Faso. Le MLNA a pris les villes stratégiques du Nord: Kidal, Gao, Tombouctou, Douentza. La situation se complique car il y a différenst groupes en présence. Le groupe Ansar Dine, dissident de AQMI: Al Qaida au Maghreb Islamique, entreprend un combat religieux et veut imposer la charia à tout le Mali. Le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) spécialiste des enlèvements entre en scène. FLMA (Front de Libération National de l’Azawad) regroupe des touaregs venant du Mali, du Niger, de l’Algérie et de Lybie. Boko Haram, mouvement violent du Nigeria, est signalé à Gao. Mopti n’est qu’à deux heures de Douentza. Pas étonnant que les habitants de Mopti fuient à leur tour vers le Sud. La situation politique a aussi des conséquences sur l’association. Jérôme, étudiant aux Beaux-Arts à Leiden, n’a pas eu l’autorisation de venir au village faire des activités éducatives avec les enfants. Gérard et Ron, en route vers le Mali en 4/4 (bourrée de matériel éducatif) se sont arrêtés au Maroc en janvier. Mon voyage, avec Ola, bénévole, en juin est remis à plus tard. Le captaine Sanogo, leader du putsch,  semble vouloir jouer un rôle dans la formation du nouveau gouvernement. Traore, le Président interimaire a fort à faire: nommer un nouveau, organiser les élections et surtout reprendre le Nord. La situation s’aggrave. Le Mali déchiré vit un drame.

Les amis de l’association, les membres du Conseil d’administration Han et Joke et moi-même, nous sommes tristes de voir ces malheurs déferler sur le Mali. Nos cœurs sont meurtris maintenant comme ceux des Maliens Nous pensons à tous les Maliens et en particulier à nos amis de Sareseyni et de Mopti.

2011 Une année mouvementée

Les lecteurs Maliens n’ont certes pas la tête à lire maintenant un rapport d’activités de l’association à Sareseyni et aux Pays-Bas de mars 2011 à février 2012. Les autres lecteurs francophones trouveront d’abord des nouvelles concernant l’école, les enseignants, les collégiens, la salle, le village. Puis suivra un compte-rendu des activités organisées par les animateurs et les réunions au terrain Suudu Peeral. Pour terminer un aperçu des activités aux Pays-Bas.

École

La nouvelle école était prête en juin (voir Nouvelle: Inauguration de l’école). Hélas, les termites ont déjà commis des dégâts dans deux des trois classes: construire dans le Sahel n’est pas facile. Les classes sont agréables, plus grandes et plus aérées que les anciens locaux en pisé.

Effectif année scolaire  2011/2012: 137

Première Année: 70 , TroisièmeAnnée: 30, Cinquième année: 23, Sixième année: 14

Sareseyni a 4 jeunes instituteurs de 4 ethnies différentes: une mosaïque représentant le Mali

Adama Gouanle, Bambara, directeur, enseigne à la classe de sixiéme année: 14 élèves. Il est à Sareseyni depuis trois ans.

Sekou Kasse, Peul,  instituteur de la classe de première année: 70 élèves. Il est spécialiste de l’‘enseignement à ‘curriculum‘. Ce qui signifie: 100 % en Fufulde, langue locale,  la première année, 25 % la seconde. En troisième année, enseignement 100 % en Français.

Kalilou Konipo, Bozo, instituteur de la classe de cinquième année: 23 élèves. Il est arrivé en mars 2011.

Moktar Guindo, Dogon, instituteur de la classe de troisième année: 30 élèves. Il est arrivé en décembre 2012 et est aussi spécialiste de l’enseignement à ‘curriculum’.

Les conditions de vie et de logement ne sont pas très attirantes: 4 jeunes dans deux pièces dans une maison en banco, pas d’électricité et pas d’eau courante dans le village. Le salaire d’un instituteur atteint € 120/mois. Les grèves et les absences fréquentes perturbent et démotivent les élèves. Les effectifs de la classe de cinquième année et de sixième année sont passés de 23 à 10 et de 14 à 8 en février. En novembre et décembre, j’ai souvent ‘fait l’école’ . Sekou était souvent seul  avec 100 enfants: ses nouveaux au nombre de 70 et ses 30 anciens élèves de deuxième année. Les nouveaux sont admis tous les deux ans à l’école à cause du manque de maîtres. C’est une situation courante au Mali.

L’association ne peut pas apporter de solutions à tous ces problèmes, mais un coup de main. En janvier, Elisabeth et moi, nous sommes intervenues en l’absence d’instituteurs soit dans les classes , soit dans la première petite salle, soit au terrain Suudu Peeral dans les hangars (voir Nouvelles).

Les collégiens

Ils étaient 29 fin 2011. Classe de septième année : 8 élèves ; classe de huitième année: 4 élèves; classe de neuvième année: 7 élèves; classe de dixième année: 10 élèves.

Il est facile de constater que le contexte sociologique a une incidence sur le recrutement des collégiens qui vont à Mopti. Les effectifs diminuent régulièrement. En voici les raisons: pas de famille d’accueil à Mopti, pas d’argent pour payer une famille d’accueil, un père qui a besoin de son fils pour garder le troupeau, une mère enceinte qui ne peut se passer de l’aide de sa fille, des parents qui envoient leur fils chez un marabout renommé.  Ici encore, des difficultés énormes qu’une association ne peut pas résoudre. Nous avons l’intention de proposer aux parents d’élèves du CGS (Comité de gestion scolaire) et aux autorités une réunion sur ce sujet. Une pinasse scolaire pourrait emmener les collégiens chaque matin à Mopti. Les élèves pourraient rentrer le soir avec la pinasse de 18h. C’est une solution qui existe dans certains villages le long du Niger.

Quelques collégiens ont suivi des cours d’anglais avec Elisabeth en Janvier et avec Joke en Février. La
salle dispose de matériel audio. L’initiation est faite. A eux de continuer! Ouma et Mamoudou, les responsables de la salle continuent leur formation Internet à Mopti. Les tentatives de correspondance avec des collégiens Européens sont au point mort.

Activités dans la petite salle de lecture: 117 animations avec 2229 enfants en 2011

C’est moins qu’en 2010: 175 avec 3272 enfants. Pourquoi?  Adama, directeur, a arrêté les animations en juin. Sekou est parti dans sa famille pendant la saison des pluies pour préparer son mariage.

Nous avons une nouvelle équipe d’animateurs en 2012. Voici 4 personnes qui comptent beaucoup pour nous: elles sont les piliers des activités éducatives au village.

Deux instituteurs: Sekou Kasse, Peul et Moktar Guindo, Dogon

Deux villageois: Bagnon Sidibe, Rimahibe et Dicore Bary, Peul. Dicore est la première femme ‘animatrice’

Le trajet de formation commencé en 2010 a continué de façon individuelle pendant mon séjour de novembre à février.

Le planning d’occupation est fixe pour les instituteurs: Sekou mercredi après-midi, Moktar le jeudi. Bagnon et Dicore viennent de façon plus flexible en fonction de leurs travaux aux champs ou au jardin. Félicitons Bagnon car grâce à lui, 70 enfants ont été inscrits en première année en octobre. Un record! En 2009, l’effectif des nouveaux n’était que de 25 élèves.

Les 4 animateurs organisent des activités selon leur choix: raconter une histoire, marionnettes, dessin, jeux éducatifs ou de plein air. Bagnon et Dicore parlent en Fufulde pour les enfants non scolarisés. Dicore Bary accueille aussi  les femmes qui viennent à la salle.

Bilan janvier 2012: 3000 enfants ont participé aux activités proposées par les 4 animateurs et par  la première bénévole Elisabeth Breewel et moi-même. Les activités se sont déroulées dans la salle ou au terrain Suudu Peeral : jeux de plein air dans la cour, activités plus calmes dans les hangars et la salle. Le terrain multiplie les possibilités. 

Les réunions au terrain Suudu Peeral

Ce terrain est aussi le lieu utilisé par tous les groupements du village. Il y a eu trois réunions de Lekel (notre partenaire, la Coopérative agropastorale: agriculteurs et éleveurs) et deux des ‘Périmètres irrigués’ (riziculteurs) en janvier et février. Plus de 100 personnes ont assisté à la réunion des Périmètres irrigués de 10h à 15h : un évènement! Un spectacle d’enfants a eu lieu le 29 janvier pour les autorités et les parents: musique, marionnettes, chansons. Bouakar Guindo, notre homme de confiance à Mopti nous a fait la surprise d’y assister. Moktar et 2 collégiens suivent la formation Internet dans son cyber. Le 5 février nous avons fêté le départ d’Élisabeth . Les mères Bozo y ont participé avec beaucoup de plaisir. Le 10 février, 50 hommes étaient présents  dans les hangars pour la réunion du CGS/LEKEL . Joke du conseil d’adminsitration est venue passer une semaine au village. Elle a pu observer et sentir l’ambiance. Voici la teneur de mon message au cours de la réunion CGS/LEKEL:

‘Lekel cherchait un partenaire financier pour améliorer les conditions de vie des habitants au moyen d’infrastructures socio-culturelles. L’association a financé le titre Foncier, la clôture, le puits, des latrines, des hangars, un local pour l’association et le matériel éducatif. La nouvelle salle sera terminée en mai. C’est une réponse à vos attentes: une bibliothèque, un centre d’alphabétisation.  Les activités qui ont déjà lieu ici montrent la vitalité et le dynamisme des villageois. C’est votre terrain. Nous  souhaitons que cela continue. Le développement passe par l’éducation. Ce qui se passe ici et dans la salle stimule les parents: les 70 nouveaux inscrits à l’école en sont la preuve‘.

Le département Formation d’adultes du CAP finance un projet de cours intensifs d’alphabétisation. Abdou Kasse a été sélectionné pour ce projet. Les cours auront lieu dans la nouvelle salle pendant la saison chaude de mai à juin. .

Activités aux Pays-Bas

L’exposition dans la galerie Ruimte à Amsterdam a remporté beaucoup de succès (voir article exposition). J’ai donné plusieurs conférences sur le Mali au centre culturel de Vierwindenhuis et dans la galerie Ruimte en Néerlandais à Amsterdam et en Français dans les Alliances Françaises d’Amersfoort et de Ede-Wageningen. Le but est aussi de faire connaître l’association.

Informations pour un public scolaire: Singer school par Christine. En mars a eu lieu la semaine Afrique Noire dans les écoles Françaises à Amsterdam et à la Haye. Chaque classe de l’école primaire a vécu une animation ’ à la malienne et à la Françoise‘: une histoire, des chansons. Une mini-exposition adaptée aux enfants et des  photos projetées ont permis l’interaction. Les élèves de Laure ont vendu des objets le vendredi 23 mars: 651 € . Merci à l’équipe de l’école: leur enthousiasme et leur collaboration m’ont enchantée. Merci aussi à Marike Sala d’avoir aidé le vendredi 23. A La Haye, j’ai pu rencontrer les membres de la Kermesse Francophone, les élèves du secondaire, les responsables de projets subventionnés au Mali et en Guinée pendant la journée du 22 et 23. La fête du vendredi soir avec repas africain et spectacle des élèves témoignait de la créativité de tous. J’ai apprécié les contacts informels avec les parents d’élèves, les Africains présents, les professeurs et les élèves. Mais comment parler du projet au Mali juste après le coup d’état?

Nous cherchons des contacts pour développer les activités dans les écoles. Aidez-nous!

Nous espérons la fin des conflits et une issue à la crise du Mali. Ce compte-rendu de mon séjour nous donne des raisons d’espérer dans le bon sens, le courage et la vitalité des Maliens en général et des villageois de Sareseyni en particulier. Je viens de téléphoner au Mali: pas d’école à cause des ‘évènements du Nord’. Qui peut dire ce qui va se passer au Mali dans les jours et les mois qui suivent?

Françoise Amsterdam 6 avril 2012

 

 

Mars 2012 Suudu Peeral : un terrain pour les groupements du village

Suudu Peeral est un terrain pour tous les groupements du village: Bapai le groupement des femmes,
Daande Boodi, celui des hommes, les
Périmètres irrigués (45 hectares financés par la Banque Mondiale consacrés à la riziculture), CGS, l’école, le groupement des collégiens et notre association. Suudu Peeral: le lieu où on est ouvert à tous et à tout. C’est le lieu du partage des savoirs: Ndokkondiral Hakkillaadji.

Pendant la réunion de décembre 2009, autorités et villageois avaient calculé combien de poutres,de moreaux de bois, de sable, de briques en pisé,  de ciment étaient nécessaires pour construire les hangars et la maison en banco. L’association a financé le matériel. Et voilà le résultat: deux hangars, deux latrines pour hommes et femmes, une maison en pisé pour l’association et le dépôt de matériel éducatif étaient terminés en février 2012. En décembre, le puits a été creusé dans la cour du terrain. Il y  avit beaucoup d’animation dans la cour:  des villageois curieux, d’autres qui retroussent leurs manches, des enfants qui viennent jouer ou lire dans les hangars, un villageois chargé de préparer le thé pour les travailleurs…

Abdou Kasse, président de Lekel, coopérative  agro- pastorale LEKEL et Amadou Diallo Président du CGS (Comité de Gestion Scolaire) ont coordonné  ces travaux et veillé à ce que cela soit prêt avant la saison des pluies. Ceci est fantastique! Un grand merci à tous ceux qui ont participé aux travaux!

Nous avions en janvier 2012 la somme nécessaire pour la construction d’une salle plus grande sur le terrain. Les travaux ont commencé fin février 2012. Diverses  activités pourront s’y dérouler: animations autour des livres, lieu de rencontre des mères avec de jeunes enfants, alphabétisation et réunions des villageois.

Les groupements se réunissent dans les hangars depuis décembre 2011: les personnes ayant des parcelles de riz dans les Périmètres irrigués battent le record. Ils sont parfois plus de 100 personnes dans les petits hangars. Les villageois pourront échanger et  démarrer eux-mêmes des activités liées au développement.

Et bien sûr, tous ont encore un rêve: des panneaux solaires pour utiliser cet espace: la cour, la salle, les hangars le SOIR. A 18h, il fait noir au Mali!

A Sareseyni, cela bouge, doucement mais sûrement. Nous faisons confiance à nos partenaires et aux villageois. Le Ramadan commence le 21 juillet 2012. Cela sera dur pendant la saison des pluies, la période de l’année où chacun a fort à faire dans les champs. Nous exprimons notre solidarité et nous souhaitons que les pluies soient abondantes.

 

Août 2011 Un peu de culture Peul: la traversée des animaux

Les Peul (Fulani) sont des nomades qui depuis des générations se déplacent avec leurs troupeaux à la recherche de pâturages. Chaque année, en juin et en décembre, a lieu la traversée. En juin, les animaux quittent le village, traversent le Niger et vont de l’autre côté de Mopti. En décembre, ils reviennent.

‘Djorro’ le chef ‘suprême de la traversée décide de l’ordre de la traversée. C’est en effet un évènement très organisé. Il faut respecter la hiérarchie. Les vaches nagent en troupeau tandis que les bergers les accompagnent en poussant des cris. Les veaux, les chèvres, les moutons, les ânes traversent en pirogue. Assister à la traversée des troupeaux de Sareseni est un véritable bonheur: c’est un évènement spectaculaire à ne pas rater!

Le départ et surtout le retour des bergers avec leurs animaux sont des moments importants.  C’est l’occasion de faire la fête et de maintenir les liens sociaux. Les Peul ont noué des liens socio-économiques depuis longtemps avec les groupes ethniques vivant le long du Niger: les Bambara en les Marka (cultivateurs), les Bozo (pêcheurs) et les Rimahibe qui ont été autrefois au service des Peul. Ils fêtent ensemble ‘Yaaral‘.

C’est aussi l’occasion de donner des prix: le plus beau bœuf, la plus belle vache mais aussi le meilleur berger. Une jeune fille est nommée marraine ‘Naba’ de la plus belle vache. Les jeunes, filles et garçons dansent et chantent pendant que les griots chantent les louanges des Djoros’ ,bergers du troupeau. Les griots récitent aussi des poèmes. En voici deux exemples: Gloire au berger et Gloire à la femme Peul. Ces poèmes ont été recueillis par Amadou Hampate Bâ. Ce personnage célèbre a joué un rôle dans la sauvegarde et le maintien de la tradition orale.

GLOIRE AU BERGER

Venez voir! Venez les voir!
Les bergers s’en vont ainsi que s’estompent dans les airs
Les rugissements de Bôngel*

Venez voir! Venez les voir!
Venez voir les bergers en partance gourdes au flanc
Des cordes à veaux à leur taille enlacées

Venez les voir! Venez voir les bergers et les hérons blancs se faufiler entre les boeufs

Beaux, gras, ils s’en vont
Plus beaux, plus gras, ils nous reviendront

*Bongel est un village réputé pour son grand troupeau.

GLOIRE A LA FEMME PEULE

Femme peule
Femme éveillée qui éveilla la fleur de la Pulaku
La manière d’être Peul
Habille-toi! Pare-toi des robes de pagnes de foulards aux couleurs des bidji*

Bidji-dumari de rouge et de noir
Bidji-raneewe de jaune et de blanc

Habille-toi! Pare-toi des robes de pagnes de foulards aux couleurs de gartchi*

*bidji, génisse, vache qui a eu un premier veau ** Gartchi: fête

Pour mieux comprendre l’impact de cet évènement et de la tradition orale, ajoutons que ces poèmes sont connus de tous. Il existe un seul conte pour enfants relatant la traversée et son contexte culturel.  ‘Pulo e Nagge’ Le Peul et la vache d’après une idée de Belco Moussa Barry, publié grâce à des fonds de l’Unesco et du Japon. Ce conte a un énorme succès auprès des enfants. Ils adorent dessiner des vaches ou en confectionner avec la terre glaise.